Pétition : l’hôpital de l’Hôtel-Dieu doit vivre !

Depuis un an, les soignant.e.s affrontent dans nos hôpitaux l’une des plus grandes crises sanitaires de notre siècle. Le bilan est sans appel : plus de 90 000 personnes sont décédées du COVID et des centaines de milliers de personnes ont été hospitalisées en réanimation. Encore aujourd’hui, nos services de réanimation sont saturés en Île-de-France.

Ce bilan n’est en rien le résultat du travail des soignants, qui s’efforcent de faire face à cette crise avec les moyens qu’on leur donne. La responsabilité revient à l’Etat, et aux gouvernements successifs qui ont cassé notre hôpital public. Ils l’ont cassé lorsqu’ils ont supprimé 150.000 lits d’hôpitaux en 20 ans. Ils l’ont cassé lorsqu’ils ont fait entrer la logique de l’entreprise avec la tarification à l’acte dans ce service public. Ils continuent de le casser lorsqu’ils essaient de vendre l’hôpital de l’Hôtel Dieu, en plein centre de Paris.

Le projet ne date pas d’hier : depuis 2013, nous, communistes de Paris Centre, nous battons pour maintenir cette offre de soin dans notre arrondissement. À l’heure où nous sommes obligés de déplacer des malades par manque de lits de réanimations en Île-de-France, l’hôpital Hôtel-Dieu est doté de locaux vides opérationnels ayant la capacité d’intégrer une activité ambulatoire.

Aujourd’hui, nous demandons l’ouverture immédiate des salles d‘hospitalisation fonctionnelles avec des circuits de fluides opérationnels pour les unités de soins (40 lits disponibles). Nous demandons l’arrêt de la privatisation d’un tiers de l’hôpital et de sa prévente à Novaxia.

Nous demandons enfin à Emmanuel Macron de tenir sa promesse : que l’hôpital public “soit placé en dehors des lois du marché”.